Comité Européen JJ-R

Avant-propos de la commémoration 2021 au Panthéon, par Rémy Hildebrand, président du Comité Européen Jean-Jacques Rousseau

Se rendre au Panthéon afin de mieux connaître la vie et l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau s’impose désormais. Ce succès confirme les propos de Jean-Jacques Rousseau, convaincu de pouvoir compter sur les générations à venir pour saisir son message. L’administration du Panthéon, des instances politiques de la région de Montmorency, des MJC, des lycées, des écrivains, des chorales travaillent avec enthousiasme.
Le 2 novembre 1765, chacun s’en souvient, à Strasbourg, Rousseau s’installe à l’Hôtel La Fleur. Ses amis, les autorités locales et la population lui réservent un accueil chaleureux. Une représentation du Devin du village lui plaît, elle apaise les oppositions qui l’accablent. Ses soucis financiers sont derrière lui.
Il corrige ses manuscrits : Pygmalion et L’engagement téméraire ainsi que le Dictionnaire de musique ; il poursuit sa prodigieuse correspondance. Il entend gagner Londres, il décline la proposition de s’installer aux Grisons. Il exprime sa reconnaissance aux personnes qui lui ont rendu si agréable son séjour strasbourgeois. Deux mois plus tard, il résidera quelques jours chez John Stewart à Buckingham Street. Puis, on lui propose de séjourner dans un monastère au cœur du Pays de Galles. Il s’installera dans la propriété de David Davenport à Wootton Hall dans le Derbyshire.

Cet épisode strasbourgeois ne ressemble-t-il pas aux événements qu’offre la dynamique Association Rousseau à Montmorency organisatrice de cette université automnale ? Des extraits de l’œuvre rousseauiste sont convertis en
spectacles et en chants. Des lycéens improvisent, des enseignants interpellent librement le public ! Une diversité de talents réjouissent le public conquis. Le lieu rend à Jean-Jacques Rousseau ce qui a compté pour lui. Les invités, les
animateurs, les pèlerins savent que la fête se poursuivra puisque l’esprit rousseauiste sollicite les forces de chacun.e pour instaurer le travail en commun, et instaurer de nouveaux apprentissages du vivre ensemble, inventer un univers
aimable. Puissent ces événements multiplier les occasions de célébrer Rousseau le précurseur autour d’un arbre de mai planté en terre-amie. On est avec Jean-Jacques et son cousin Abraham parrains d’un jeune saule grandissant sur la terrasse du presbytère de Bossey ! Qui sait aujourd’hui où sera planté l’arbre préféré de Jean-Jacques Rousseau en 2020 ? Son œuvre nous parle infiniment parce qu’elle apprend à nous écouter.

Rémy Hildebrand
Genève, le 20 décembre 2021

Communiqué du Comité Européen Jean-Jacques Rousseau
Durant de nombreuses années, les visites guidées du « Musée Rousseau de Montmorency » 
ont réjoui les pèlerins du monde entier. Jean-Jacques Rousseau n’a-t-il pas vécu dans 
cette maison du 15 décembre 1757 au 9 juin 1762 ! 
 
Le désintéressement culturel se faisant ressentir, les visites du musée et l’usage de sa Bibliothèque d’études rousseauistes furent réduites en nombre.

Cette diminution de la fréquentation de la Maison Rousseau, a poussé quelques amoureux de la vie et de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau à instaurer une fête rousseauiste au Panthéon acceptée spontanément par son administrateur.

Depuis 2019, cette manifestation est soutenue progressivement par plusieurs Municipalités de la Région parisienne.

Le « CEJJR » se réjouit de l’organisation annuelle de cette manifestation rousseauiste et y apportera son appui avec enthousiasme.